“Inégalités sur toute la ligne des transports domicile-travail en Île-de-France”

miroir-social“En fonction des métiers et des statuts, la pression des transports n’est pas la même. « Si certains cadres, plus autonomes, peuvent parfois s’affranchir des règles de ponctualité, le petit personnel n’a pas cette chance. Ainsi, des caissières en retard peuvent trouver l’entrée du personnel verrouillée, y compris dans la minute qui suit l’heure d’embauche », rapporte l’étude qui propose que l’on trouve en temps réel les informations relatives au retard sur les sites internet des compagnies de transport « afin d’éviter aux salariés de chercher un bon d’excuse ».

L’inégalité face aux transports domicile-travail se manifeste aussi à l’embauche. L’étude parle d’une « discrimination positive » pour les candidats qui résident le plus près du lieu de travail auquel ils postulent. « Oui, à profil de compétences égal, on préfèrera embaucher quelqu’un qui habite plus près… Un candidat qui habite aux Ulis, ou à Marne-la-Vallée, on va lui dire, ça fait loin, c’est beaucoup de fatigue… », concède un DRH de Siemens-Healthcare dont le siège est à Saint-Denis (93). Priorité à un recrutement de proximité sur certains métiers qui exigent de la ponctualité”.

http://www.miroirsocial.com/actualite/inegalites-sur-toute-la-ligne-des-transports-domicile-travail-en-ile-de-france

Posté il y a 7 Années, 1 Mois à 12 h 14 min.

Ajouter un commentaire

Liaisons urbaines - Avec la diffusion des objets communicants, naît une nouvelle ville numérique, où il devient difficile de se perdre et de se cacher

Liaisons urbaines[...] L’espace urbain physique se double ainsi d’une couche informationnelle invisible, mais accessible grâce au mobile qui devient la télécommande de la ville de demain. Le téléphone portable n’est que l’un des nombreux objets communicants qui se sont diffusés dans la vie urbaine  : capteurs de pollution, de trafic, puces RFID (Radio Frequency Identification) installées sur les arbres et les services de partage de vélos, caméra de surveillance dans les rues, appareils d’enregistrement de données biométriques… Tous ces objets échangent des informations, produisant des nuages de données nouvelles dont le potentiel commence tout juste à être exploré par les chercheurs. « Le numérique va changer les villes de manière plus profonde que ne l’a fait la révolution industrielle. Pas tant leur aspect physique que la vie urbaine, les comportements », estime Carlo Ratti, du Senseable City Lab, au MIT (Massachussets Institute of Technology).

Cartographie de l’activité cellulaire lors du Real Time Rome - DR

Cartographie de l’activité cellulaire lors du Real Time Rome - DR

Ce laboratoire, qui tente d’imaginer cette future vie urbaine, s’applique à représenter ces flux de données et à en extraire du sens. Ainsi dans leur projet Real Time Rome, les chercheurs américains ont visualisé en temps réel sur une carte de la capitale l’activité des téléphones mobiles, bus et taxis… le soir de la Coupe du monde de football de 2006. « Pour les planificateurs urbains, un tel service permettrait de fluidifier le transport public, envoyer plus de bus dans les endroits où il ya de fortes densités de gens. Et le citadin pourrait savoir quels sont les endroits animés de la ville. »

Source : http://www.ecrans.fr/Liaisons-urbaines,7323.html

Paru dans Libération du 27 mai 2009

Posté il y a 7 Années, 10 Moiss à 0 h 54 min.

Ajouter un commentaire

Discrimination ethnique et discrimination urbaine

Discrimination ethnique et discrimination urbaine[...] Les disparités de situation par rapport à l’emploi ne s’arrêtent pas là puisque les écarts liés aux nationalités sont renforcés par les disparités spatiales : nous montrons qu’à caractéristiques individuelles égales, un habitant d’une commune où les personnes ont des difficultés à trouver un travail trouvera lui-même moins facilement un travail. La corrélation entre les difficultés individuelles et communales de sortie du chômage est donc très forte et pour les plus désavantagés, il y a «double peine», individuelle et collective. Ainsi les communes où les personnes ont le plus de mal à trouver un emploi sont les communes où vivent beaucoup de ressortissants étrangers et surtout ceux du continent africain qui constituent 9 % de la population en Ile-de-France. Dans une commune où vit 1 % de plus de ressortissants africains, le taux de sortie du chômage au bout d’un an sera 1 % plus faible.

Bien sûr, ces disparités liées simultanément à la nationalité et au lieu de résidence peuvent ne pas refléter uniquement des discriminations. Des biens publics utiles dans la recherche d’emploi, comme les transports, peuvent être insuffisamment développés, les réseaux sociaux peuvent être plus ou moins efficaces. Néanmoins, ce qui est clair, c’est que les disparités se renforcent l’une l’autre, l’adresse s’ajoutant au faciès. [...]

http://www.liberation.fr/economie/0101565761-discrimination-ethnique-et-discrimination-urbaine

Posté il y a 7 Années, 10 Moiss à 0 h 32 min.

Ajouter un commentaire

Nantes : “Un champ urbain de panneaux solaires”

nantes-un-champ-urbain-de-panneaux-solaires“C’est la plus grande centrale photovoltaïque en coeur de ville, dans l’ouest de la France. Juchés sur le parking du centre commercial Beaulieu, sur l’île de Nantes, 910 panneaux se mirent au soleil. En une année, Ils produiront 183 000 kWh d’électricité revendus à EDF. Cela correspond à la consommation électrique de 100 foyers hors chauffage.

Le projet est porté et financé par Nantes Métropole avec l’aide de fonds européens. Grâce aux subventions, l’investissement (1,2 million d’euros) sera amorti en treize ans. Même sans aide, le modèle économique est viable : les panneaux solaires ont une durée de vie de 25 à 30 ans.” [...]

http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Un-champ-urbain-de-panneaux-solaires-_8620-840845_actu.Htm

Posté il y a 8 Années à 0 h 27 min.

Ajouter un commentaire

“Placement Google : une ville française change de nom”

placement-google-une-ville-francaise-change-de-nom“Le Telegraph rapporte que la ville française Eu, située en Normandie, n’est vraiment pas favorisée par le moteur de recherche Google, à tel point que les dirigeants ont décidé d’employer les grands moyens. Deux options s’offrent à eux : payer les moteurs de recherche plusieurs milliers d’euros par mois pour obtenir un bon placement ou changer le nom de la ville.

C’est sur cette dernière option que Marie-Françoise Gaouyer, le maire local, a parié : « en ce qui concerne Internet, nous devons absolument nous mettre à jour», explique-t-elle. Pour cette raison, elle a choisi laVille d’Eu mais envisage aussi d’autres possibilités comme Eu-le-Château et Eu-en-Normandie.” [...]

http://www.neteco.com/260748-mauvais-placement-ville-francaise-eu.html

Posté il y a 8 Années à 23 h 58 min.

Ajouter un commentaire

“La bataille des eaux usées en France: encore 268 communes non conformes”

bataille-des-eaux-usees“La France, qui s’est longtemps accommodée de déverser ses eaux usées dans la nature, est en passe de rattraper son retard et d’échapper ainsi aux amendes européennes, malgré d’ultimes points noirs en région parisienne et sur la Côte d’Azur.

Selon un état des lieux dressé vendredi par le ministère du Développement durable, près de 20 millions d’habitants dans 268 agglomérations attendent encore leur station d’épuration, avec une concentration particulière le long de la Seine autour de Paris et sur les quelques dizaines de kilomètres de côtes entre Menton et Fréjus. ” [...]

http://www.avmaroc.com/actualite/bataille-eaux-usees-a159652.html

Posté il y a 8 Années à 0 h 41 min.

Ajouter un commentaire

“Batailles pour l’eau publique”

eau2“Le service de l’eau de la Ville de Paris, confié à des opérateurs privés depuis 1985, devrait devenir une régie municipale avant la fin de l’année 2009. A Bordeaux, Lyon, Toulouse, Saint-Dizier…, les mobilisations en faveur d’une gestion publique directe de l’eau se multiplient. La défense du bien commun, la revalorisation du service public et le développement soutenable des territoires sont au cœur de ces luttes multiformes qui enregistrent des victoires éclatantes et ravivent l’engagement politique.”

http://www.monde-diplomatique.fr/2008/11/LAIME/16512

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 11 h 19 min.

Ajouter un commentaire

“La communauté urbaine de Toulouse “maillée” de points géo référencés”

toulouse“C’est le premier élément de positionnement d’une série qui maille l’ensemble de l’agglomération toulousaine. Le clou fixé place du Capitole constitue un point de référencement stable, donnant avec précision sa latitude, sa longitude et également son altitude.

Ces coordonnées géographiques données par le référentiel utilisé par le GPS (complété par EGNOS) et à terme Galileo, intéressent les développeurs d’applications ainsi que plusieurs communautés d’utilisateurs professionnels comme les géomètres experts, les services fonciers…”

http://www.navigation-satellites-toulouse.com/spip.php?article751〈=fr

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 11 h 03 min.

Ajouter un commentaire

“Des petits clous qui vont révolutionner l’espace urbain”

clou“Ce clou en laiton de 7 cm de diamètre pourrait révolutionner la mobilité urbaine des années à venir. Planté place du Capitole, vendredi 30 janvier, c’est le clou 001 de géopositionnement de la Communauté urbaine. Complété par un maillage sur le territoire du Grand Toulouse, il ouvre le champ à des applications de technologies de localisation en milieu urbain. Le tourisme, le sport, les transports et l’accessibilité de la ville aux personnes déficientes pourront en bénéficier.”

http://www.toulouse.fr/fr-32/actualite-206/toulouse-au-quotidien-281/qui-vont-3878.html

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 10 h 56 min.

Ajouter un commentaire

“Quand la ville veut se chauffer à l’eau”

parisien“Peu utilisée jusqu’ici, la géothermie fait son apparition dans la capitale. La mairie de Paris veut en effet chauffer un quartier du XIX e arrondissement de cette façon.

Branle-bas de combat dans le XIX e arrondissement : cette semaine, de grands travaux de forage vont débuter sur le terrain du futur quartier Claude-Bernard. Pas question d’aller puiser du pétrole, mais… de l’eau chaude ! La Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU) a décidé d’aller chercher dans le sous-sol l’eau chaude du « dogger », une couche géologique située à 1 700 m environ de profondeur. ”

http://www.leparisien.fr/paris-75/quand-la-ville-veut-se-chauffer-a-l-eau-02-02-2009-395188.php

Posté il y a 8 Années, 1 Mois à 10 h 41 min.

Ajouter un commentaire